"Rougequeue à front blanc" ou "Rossignol des murailles" à Perpignan

J’ai découvert pour la 1ère fois dans le quartier Saint-Martin, ce superbe oiseau, au printemps 2012. C’était un mâle qui chantait régulièrement posé sur des antennes autour de la maison. Cette année-là, j’ai pu l’observer du 7 avril au 13 juin mais je n’ai jamais vu de femelle.


De retour en 2013 (lui ou un autre !), du 26 avril au 13 mai, il chante inlassablement.

En 2014, je ne l’ai vu et entendu qu’une seule fois. Rien en 2015. Présent du 14 avril au 14 juin en 2016 et puis plus rien jusqu’à aujourd’hui (08/04/2020). Pourtant on ne peut manquer son chant !

Après recherche dans faune-lr, j’ai noté deux observations, manquantes à mon listing, faites dans le quartier par Yves : un mâle chanteur le 30/05/2017 et surtout le 18 juin 2019 avec un code atlas 8.

On élargissant la recherche, j’ai pu me rendre compte que cette espèce a été notée pour la 1ère fois à Perpignan en 1991 (deux oiseaux capturés et bagués à Ruscino), puis quelques observations au Serrat d’en Vaquer en 2000/2001 (YD), mais aussi des visites plus régulières du côté de la Garrigole (AF) et du Baix Vernet (JCT) de 2010 à 2015. Enfin de 2016 à 2019, le long de la Basse (FG), Parc Moulin à Vent (MS), Parc Sant Vicens (QG), Square Bir-Hakeim (HB).

Il semble donc que depuis une vingtaine d’années, le RGFB fréquente régulièrement mais timidement la ville de Perpignan, à moins aussi qu’il y ait un manque d’observateurs ! Il faut dire aussi que c’est un oiseau typiquement forestier plutôt discret, malgré son plumage et son chant. Mais il est aussi cavernicole et peut donc trouver dans la ville quelques refuges.

Ce petit passereau traverse deux fois l’an, la Méditerranée et le Sahara, deux étendues importantes le long de sa voie migratoire. Il vient se reproduire dans les zones tempérées et boréales. Chez cette espèce le dimorphisme sexuel est très prononcé :

- Le mâle nuptial est facilement identifiable à ses parties inférieures d'un roux-orange vif, au noir de la tête qui couvre front, lores, joues et gorge. Et à la tache blanche à l'avant de la calotte qui se poursuit au-dessus des yeux. La couleur orange se retrouve au niveau du croupion, des sus-caudales et des rectrices externes. Les parties supérieures sont gris-brun tandis que les ailes sont plus brunes. Œil, bec, pattes sont noirs.

- Chez la femelle, les parties supérieures sont brun-beige, brun plus marqué au niveau des ailes. L'œil sombre est entouré d'un cercle oculaire clair assez net. Le dessous est fauve pâle d'aspect légèrement moucheté, la gorge et les sous-caudales un peu plus claires. La femelle de Rougequeue à front blanc pourrait se confondre avec la femelle de Rougequeue noir mais celle-ci à un plumage toujours gris.


Perpignan, le 8 avril 2020 (ACASA)

40 vues2 commentaires