top of page

Le Chevalier aboyeur

Le mois de septembre est par excellence celui des oiseaux de passage et, parmi les oiseaux européens, il existe une famille composée presque uniquement de migrateurs : les limicoles.


Les limicoles sont ces petits échassiers que l’on observe principalement au bord de l’eau, dans les vasières, marais, cours d’eau, étangs ou sur les plages. Qu’ils soient bécasseaux, bécassines, chevaliers, gravelots, barges ou courlis, ce sont tous de grands migrateurs. En effet, beaucoup de ces espèces nichent dans les zones reculées de toundra et taïga du nord de l’Europe et doivent donc effectuer chaque année un long voyage pour continuer à trouver une ressource alimentaire en quantité nécessaire.


Parmi la trentaine d’espèces de limicoles observables dans le département, le Chevalier aboyeur fait partie des plus communs à arpenter les bords de nos lagunes en septembre. C’est un grand chevalier, aux tons gris dominants, son bec est long, légèrement recourbé vers le haut et de couleur gris-verdâtre, de même que ces pattes. Souvent, on le détecte (et le reconnait) à son cri puissant poussé en vol TIOU-TIOU-TIOU !


Le chevalier aboyeur se reproduit dans des secteurs forestiers et marécageux d’Ecosse, de Scandinavie et de Russie. Comme chez beaucoup de limicoles, les milieux naturels utilisés pour la reproduction sont donc bien différents de ceux fréquentés en halte et hivernage. La plupart des chevaliers aboyeurs ne font que passer au cours de leur route qui les mèneront en Afrique de l’Ouest, bien que quelques individus restent tout l’hiver sur nos lagunes. Nous les reverrons sur leur chemin du retour, principalement entre avril et mai.


TEXTE: Florian Olivier

PHOTO : Chevalier aboyeur (A. Dupuis / GOR)




66 vues0 commentaire
bottom of page