L'avifaune des Pyrénées-Orientales

Pyrénées méditerranéennes, devrait-on dire, pour signifier la rencontre de cette chaîne de montagne et de cette mer.

Jonction de milieux et de climats si différents qu'ils induisent une mosaïque de paysages.

Un état accentué par une géomorphologie aux contrastes altitudinaux importants : de 0 m, au niveau de la mer, à 2784 m, au sommet du Pic du Canigou, le tout en moins de 48 km…

Deux types de végétation méditerranéenne ceinturent la plaine alluvionnaire délimitée à l’est par la mer.

A l’ouest et au sud, les piémonts siliceux de la chaîne axiale des Pyrénées sont le domaine des maquis. La Fauvette pitchou se trouve alors proche voisine du Grand Tétras.

Au nord, le relief calcaire des Corbières est recouvert par la garrigue, milieu propice aux Fauvettes méridionales et à l’Hirondelle rousseline. Dans ces falaises nichent les Aigles royaux et de Bonelli.

Le milieu montagnard et alpin, pays des Vautours fauves et des Gypaètes, assure par sa pluviométrie et ses neiges hivernales, l’irrigation d’une plaine souvent asséchée par la tramontane, ce vent porteur de beau temps et aussi de grands courants migratoires pré et post-nuptiaux.

 

Les deux lagunes côtières que sont l’étang de Salses-Leucate et celui de Canet–Saint-Nazaire deviennent alors des points d’accroche nourriciers pour toutes les espèces migratrices ou hivernantes.

Vous pouvez consulter les différents Atlas des oiseaux nicheurs et hivernants des Pyrénées-Orientales réalisés par le GOR.