En Brenne - Le Grèbe à cou noir



Texte et photos de Didier Galasso.

La Brenne, en région Centre-Val de Loire, est la seconde zone humide de l’hexagone après la Champagne. Avec ses 3300 étangs, elle est un lieu incontournable pour tous ceux qui aiment la faune et la flore. Dans la réserve naturelle nationale de Chérine, nous approchons de l’étang de la Sous, émaillé de nénuphars et ceinturé de roseaux.



Les guifettes moustacs brassent l’air de leurs ballets incessants entre les piquets où elles se chamaillent et les nids posés sur des plateformes flottantes. Un couple de Foulque macroule s’attelle à la construction de leur nid volumineux. Plus loin une colonie bruyante de mouettes rieuses vrille l’air de leurs cris perçants et haut perché.



Le cou et le haut du corps d’un noir intense, les flancs d’un roux flamboyant, la tête noire ornée de deux mèches blondes partant de l’œil et descendant sur le cou, l’iris rouge, le bec noir, fin, pointu et nettement retroussé, un couple de grèbe à cou noir se dirige vers nous suivi de leurs poussins. Ceux-ci sont gris, le cou et les joues blanches, la tête striée blanche et noire et deux taches rouges, une en haut du front, une à la base du bec qui est lui aussi strié blanc et noir. L’œil est noir.



En période inter-nuptiale, le haut du corps est gris foncé, cou et flanc gris, joues et haut du cou blanc, l’œil rouge, l’arrière train blanc. C’est un petit grèbe au corps arrondi et trapu à l’arrière train tronqué par la brièveté de sa queue.

Son chant est limité à de fins cris aigus.

Le grèbe à cou noir se nourrit essentiellement d’insectes en surface et de crustacés et poissons en plongeant fréquemment, pouvant descendre jusqu’à 3m de profondeur.

La nidification s’effectue souvent en colonie pouvant atteindre quelques dizaines de couples. Son nid construit dans une végétation d’hélophyte consiste en un tas flottant de débris végétaux (feuilles, tiges de roseaux…). La ponte comporte entre 3 et 4 œufs couvés pendant une vingtaine de jours, conjointement par les 2 parents. Les poussins sont nidifuges les premières semaines, les adultes les transportent sur leur dos même pendant les plongées.


Les guifettes continuent leurs ballets, les mouettes leurs bruyantes querelles, les foulques parachèvent leur nid, les grèbes glissent tranquillement vers la rive opposée. Seul un couple d’échasse blanche est venu s’ajouter au tableau…….


Source : Oiseaux.net – site ornithologique des cinq tailles

Texte et Photos de Didier Galasso FRANCE (Brenne 2019 – Canet 2017)



138 vues4 commentaires