Le Crabier chevelu dans les Pyrénées-Orientales



Crabier chevelu (Ardeola ralloides) - Martinet ros - Squacco Heron

Nicheur rare. Migrateur régulier en petit nombre.

Le Crabier chevelu est généralement observé à l’unité ou en petits groupes pouvant dépasser la dizaine d’individus (12 au dortoir le 02/05/2011) en bordure des étangs littoraux, plus rarement sur les plans d’eau de la plaine, exceptionnellement sur ceux situés en montagne (1 ind. le 19/04/1996 à Bourg-Madame et 4 à Concellabre fin avril 2005). Quelques observations attestent qu’il peut aussi fréquenter occasionnellement les cours inférieurs des principales rivières. Les premières arrivées sont généralement notées dans la dernière décade d’avril (date extrême le 09/04/1986), mais, c’est dans la première quinzaine de mai que ce petit héron est le plus fréquent (maximum 22 de passage le 16/05/2011 à Saint-Nazaire). Le passage se poursuit jusqu’en juin et quelques individus peuvent encore être observés en juillet. Certains sites comme les « Prés de la Ville » en bordure de l’étang de Canet sont connus pour servir régulièrement de haltes migratoires. Les oiseaux stationnent généralement en bordure des fossés inondés à la recherche de proies. Les observations concernant la migration postnuptiale sont plus rares. Elle semble débuter en août et les derniers individus sont généralement notés en septembre. Un jeune de l’année a toutefois stationné en bordure de l’étang de Canet jusqu’au 20/10/2018. Les contacts avec cette espèce sont devenus beaucoup plus fréquents depuis le début des années 2000, ceci est peut être lié à la bonne santé des populations camarguaise (1) et espagnole. Pour cette dernière, les effectifs ont été multiplié par 10 passant de 200 couples en 1980 à 2076 en 2011 dont la moitié en Catalogne (2). Dans ce contexte, la reproduction de l’espèce était attendue est espérée de longue date notamment sur la réserve écologique de Villeneuve-de-la-Raho et en bordure de l’étang de Canet où un adulte en plumage nuptial avait été observé à plusieurs reprises début juillet 2004. La même année, la reproduction d’un couple avait également été constatée sur l’îlot des Sidrières (étang de Salses-Leucate) situé dans l’Aude à la limite Aude/P.O (LPO Aude, comm. pers.). Il a fallu cependant attendre 2020 pour constater la reproduction de 3 couples dans la Réserve écologique de Villeneuve-de-la-Raho. Cette petite population s’est installée sur un petit îlot, au cœur d’une colonie mixte d’ardéidés composée de Hérons gardes-bœufs, Aigrettes garzettes et Hérons cendrés. La construction des nids a débuté fin mai, les deux premiers poussins sont observés le 7 juillet et 7 jeunes de l’année sont comptés sur le site le 12/08. Espérons que cette installation ne soit pas éphémère. Cela passera par le maintien de la stricte protection du site. (Photo de Jean-Yves Bartrolitch).

1-Marion 1997

2- Garrido et al 2012

52 vues1 commentaire