top of page

Colchiques dans les prés....

Colchiques dans les prés, ritournelle populaire, nous dit qu’ils fleurissent à la fin de l’été….

Effectivement, en ce mois d’octobre, dans les hauts cantons, les prairies et pâturages étaient parsemés de multiples points rose/mauve mais en fait il s’agit généralement de «crocus» plutôt que de «colchique» !

Cependant dans quelques coins du Capcir, j’ai pu observer de vrais «colchiques automnales » beaucoup moins nombreux que leurs voisins les «crocus»

Les Colchiques sont souvent confondus avec les Crocus.


Photo d'un crocus en haut et d'une colchique en bas



Pourtant il est aisé de les distinguer, il suffit de compter les étamines : 6 pour les Colchicum, 3 pour les Crocus et/ou observer leurs trois stigmates : entiers, blanchâtres, courbés à l’extrémité pour les Colchiques ; orangés, découpés en plusieurs lanières capillaires pour le Crocus nudiflorus.


Crocus nudiflorus, Crocus à fleurs nues ou Crocus d’automne appartient à la famille des iridacées.

Petite plante vivace à petit bulbe globuleux, cette belle iridacée aux fleurs violettes fleurit de septembre à novembre alors que ses feuilles linéaires et ses fruits apparaissent au printemps. Les populations sont souvent denses car la plante est dotée de stolons souterrains facilitant sa multiplication végétative.

L’espèce se porte bien dans son aire de répartition plutôt Sud-ouest, dans les Pyrénées-Orientales, elle est présente uniquement dans les hauts cantons, fuyant la zone méditerranéenne.



Photo prise début octobre.


Colchicum autumnale, Colchique d’automne, Safran des près appartient à la famille des liliacées.

Plante vivace dont les fleurs seules sont visibles en automne, tandis que les larges feuilles entourant le fruit, formé d'abord sous terre, n'apparaissent qu'à la fin du printemps. Les tépales rose-lilas, sont soudés en un long tube qui s’enfonce jusqu’à l’ovaire situé au niveau du bulbe.



Photo Feuilles et fruits prise en mai 2023.


Ce nom de plante signifie « herbe de Colchide », région autour de la Mer noire (Géorgie actuelle) mais pays de la magicienne et empoisonneuse Médée, dans la mythologie !




Photo prise début octobre.


Donc, à ne pas confondre avec le Safran à cause d’un de ses noms communs (!), ni avec les feuilles de l’Ail des ours au printemps car toutes les parties de la plante contiennent un alcaloïde toxique !

240 vues8 commentaires

8 Comments


Bonjour,

oulà... je ne suis pas du tout botaniste c'est pourquoi j'ai fait ce petit texte sur les crocus et colchiques, c'était nouveau pour moi et intéressant.


Attention, pour vos premiers photos, j'ai bien dit dans le texte que les feuilles des crocus et colchiques n'apparaissaient qu'au printemps, donc sur ma première photo prise en octobre ce ne sont pas les feuilles de crocus et colchiques, à l'automne il n'y a que les fleurs.

Les feuilles de colchique vous les voyez avec le fruit sur la 3ème photo.

Pour vos photos je pense plutôt à des anémones pulsatille.


Pour votre dernière photo, je pense qu'il s'agit bien d'une orchidée mais des personnes plus compétentes sur cette famille vous répondrons certainement.

Like
Replying to

Merci, Ghislaine, pour ces précisions sur les feuilles. C'est vrai, j'avais lu trop rapidement votre post ! Donc, j'ai eu les réponses à mes 2 interrogations : des anémones pulsatilles, et des orchidées "purpurea", donc pourpres. Avec une ouverture des grappes de fleurs progressive, de bas en haut. Les colchiques dans les prés, eh bien, elles manquent à mon répertoire d'observations ... !

Like

C'est une anémone, Pulsatilla vulgaris a priori.

Like
Replying to

Merci, merci, Jean-Claude !

Ce sont donc des anémones, une variété d'anémones.

C'est vrai, à la réflexion, que la forme des fleurs rappelle celle des anémones simples, les blanches, qui recouvrent de blanc les sous-bois au printemps.

Elles évoquent, les blanches, les premiers jours du printemps.

Celles-ci, les violettes, sont assez spectaculaires, avec leur tiges cotonneuses, leurs nombreuses fleurs si colorées et leurs jolies feuilles dentelées - que j'avais cru voir au bas de la photo de Ghislaine.

Like

Encore moi ... et quid de celle-ci, que je vois fleurir au printemps, aussi bien dans l'herbe de mon jardin qu'en grand nombre dans les bois, après avoir vu (se multipliant de + en + depuis des années), en hiver et dès maintenant en automne, leurs larges feuilles vert vif sortir de terre et rester "à plat", jusqu'au développement de la fleur unique et à la multiplication des feuilles, au printemps : il me semble que j'étais arrivée à la conclusion qu'il s'agissait d'une variété d'orchidée. Vrai ou faux ? ...



Like
Replying to

Merci encore, Jean-Claude ! Celles-ci aussi peuvent être très spectaculaires. Donc, pour celles-ci, je n'étais pas tout à fait dans l'erreur. J'ai remarqué leur apparition puis recrudescence rapide (vraiment) dans l'herbe de mon "jardin" (sud Seine-et-Marne). Comme tout l'hiver on voit ces 2-3 feuilles bien vertes plates, je me suis demandée, d'abord, quelle était cette espèce "invasive". Je comptais même creuser pour voir le genre de bulbe ... Comme je dois couper l'herbe, je ne les ai pas vu fleurir dans le jardin. Mais j'ai fini par me rendre compte, mieux vaut tard que jamais, qu'elles étaient identiques à celles, si belles et si hautes, qui poussent dans les bois ...

Like

Merci, Ghislaine, pour ces photos de colchiques automnales + différentiation d'avec les crocus.


J'ai une question de "béotien(ne)" : quelles sont ces fleurs que j'ai toujours vues au printemps et assimilées à des "variétés" de "primevères", mais qui semblent avoir en commun, outre une ressemblance d'ensemble, avec les colchiques, leurs feuilles étoilées (cf votre 1ère photo, où figurent un crocus en haut et une colchique en bas).

Il me semblait bien avoir enfin élucidé l'appellation exacte, mais je ne la retrouve pas.

Merci de m'éclairer, si possible !

Voici des photos prises en IDF en avril dernier :




Like
bottom of page