Reproduction du Vautour percnoptère dans les Pyrénées-Orientales : 2006/2020



Nous avions relaté le retour du Vautour percnoptère dans les Pyrénées-Orientales en 2006 avec l’installation d’un couple nicheur en Conflent après plus d’un siècle d’absence (GOR 2007). Depuis, un deuxième couple s’est installé en Vallespir à partir de 2012. Par ailleurs, une tentative d’installation dans les Fenouillèdes en 2016/2017 est restée sans suite. Dans le cadre du Plan National d’Actions dont bénéficie cette espèce classée « en danger » sur la liste rouge mondiale de l’UICN, les 2 couples ont fait l’objet de suivis réguliers qui ont été l’occasion de recueillir des informations sur la reproduction. Il nous est apparu intéressant d’en faire ici la synthèse.


Les sites de reproduction

Les sites de reproduction sont tous deux situés sur le piémont pyrénéen. Leur altitude respective est de 600 m et de 480 m. Dans les deux cas, il s’agit de falaises calcaires présentant de nombreuses cavités propices à la nidification de l’espèce et lui permettant de nombreuses solutions pour la nidification. Ainsi, sur la période, le couple du Conflent a changé d’aire à 4 reprises et le couple du site du Vallespir à 2 reprises.

Ces sites font l’objet d’une fréquentation humaine non négligeable :

  • Conflent : la présence d’un ermitage de style roman attire les randonneurs et autres amateurs de vieilles pierres. Un pèlerinage attirant de nombreux participants a lieu chaque année au mois d’avril. Quelques voies d’escalade sont équipées sur le site mais ne sont plus utilisées.

  • Vallespir : la fréquentation est bien plus importante car le site se situe près du lieu touristique des gorges de la Fou très fréquenté et attirant des milliers de personnes chaque année. Depuis 2019, suite à l’effondrement des passerelles d’accès aux gorges le site est fermé au public.

Dans les 2 cas, cette fréquentation ne semble pas gêner l’espèce dans sa reproduction. En Vallespir, l’exploitant du lieu touristique a même fait du percnoptère un atout supplémentaire pour son activité. Ainsi, chaque année entre 2015 et 2019, une exposition sur les rapaces nécrophages était mise en place à l’entrée des gorges de la Fou.



Exposition sur le Vautour percnoptère (© JC.Lhien)


Phénologie de la reproduction

Dates d’arrivée des premiers oiseaux sur les sites de reproduction

Les sites de reproduction connus font l’objet de visites régulières chaque année dès la première décade de mars afin de détecter l’arrivée des oiseaux. C’est généralement au cours de la deuxième décade de mars que les premiers contacts ont lieu. La date la plus précoce est un 10/03. Ces premiers contacts concernent en général un seul oiseau, le second partenaire arrivant sur site un peu plus tard au cours du mois de mars.

En dehors des sites de reproduction, l’observation la plus précoce enregistrée est celle d’un adulte le 02/03/2014 à Vingrau. Une tentative d’hivernage a même été constatée en 2014 en Capcir où 1 individu a été noté à 3 reprises entre le 21/01 et le 24/02.


Accouplement

Les premiers accouplements sont observés un 19 mars et les derniers, un 14 mai. La majorité des observations d’accouplements ont lieu au cours de la première quinzaine d’avril.

Dates de pontes et éclosion

Compte tenu de la position des aires du site du Conflent et des points d’observation situés en contrebas, il y est difficile de déterminer avec certitude les dates de pontes et d’éclosion. Le site du Vallespir s’y prête mieux. D’après les observations recueillies au cours de la période, les pontes ont lieu au cours de la deuxième quinzaine d’avril et les éclosions entre fin-mai et début juin.

Nombre de jeunes à l’envol et productivité

Au total, 24 jeunes ont pris leur envol depuis le retour de l’espèce dans les Pyrénées-Orientales en 2006. Sur les 15 années de suivi, nous n’avons constaté que 4 échecs ( causes non connues). Notons que 2 jeunes ont été produits à 5 reprises (4 fois en Conflent et 1 fois en Vallespir).

La productivité moyenne pour les deux couples est de 1,04 ce qui est remarquable comparativement à la productivité moyenne de la population pyrénéenne qui est de 0,68 sur la période 1999-2016. Ceci est dû au faible nombre d’échecs constatés sur la période. Le taux de jeunes à l’envol est de 1,21 ce qui là aussi est relativement bon comparé à celui de l’ensemble de la chaîne pyrénéenne sur la période 1999-2016 qui est de 1,09 (E. Kobierzycki 2016). Le record est enregistré en 2019 avec deux jeunes à l’envol pour chaque couple. Pour ce printemps 2021, nous ne savons pas encore combien de jeunes s’envoleront mais nous avons eu la satisfaction de constater que la couvaison est en cours sur les deux sites.


Envol des jeunes

Les dates d’envol constatées sur les 2 sites ont lieu majoritairement lors de la deuxième quinzaine du mois d’août. La plus précoce étant un 01/08 et la plus tardive le 18/09. A noter également l’observation d’un jeune de l’année en migration active le 28/09/2015 à Eyne.

Les jeunes commencent par effectuer quelques vols brefs à proximité de l’aire généralement sous la surveillance d’un adulte. Ils stationnent ensuite sur le site de reproduction jusqu’en septembre (extrême le 18/09) avant d’entamer leur migration qui les conduira vers l’Afrique. Ainsi un jeune bagué au nid le 04/08/2015 a été contrôlé avant son passage du détroit de Gibraltar à Tarifa le 21/09/2015.




Le couple et son jeune lors de son envol en Vallespir (©JC.Lhien)


Baguage des jeunes à l’aire

Un programme de baguage a été mis en œuvre dans les Pyrénées dès 2006. La technique du baguage traditionnel (avec des bagues métalliques du Muséum national d’histoire naturelle) plus le marquage des oiseaux avec des bagues colorées permettent une lecture visuelle aisée et rapide de l’information.

Cette méthode de baguage permet l’étude :

  • des taux de survie et des causes de mortalité des jeunes après l’envol,

  • de l’âge des premiers oiseaux en retour d’hivernage,

  • des taux de retour des oiseaux sur leurs lieux de reproduction,

  • de la fidélité des jeunes à leurs sites de naissance,

  • de la longévité des oiseaux et de la fidélité entre partenaires,

  • des sites fréquentés sur les parcours migratoires (ressources alimentaires, dortoirs)…

Ces opérations nécessitent une logistique importante et la mobilisation de plusieurs personnes (bagueur, grimpeurs).

Sur les 16 jeunes bagués entre 2009 et 2020 dans les Pyrénées-Orientales, 4 ont fait l’objet de contrôles :

· Jeune bagué le 04/08/2009 sur le site du Conflent contrôlé le 01/07/2014 à Rivière de Thérargues dans les Cévennes puis le 07/07/2016 dans l’Aude.

· Jeune bagué le 28/07/2014 en Vallespir et contrôlé le 29/07/2016 à Oris en Catalogne.

· Jeune bagué le 04/08/2015 en Vallespir et contrôlé le 21/09/2015 à Tarifa en Andalousie soit à près de 1000 kms. de son lieu de naissance. Puis , le même oiseau a été contrôlé le 07/06/2018 à Oris en Catalogne.

· Jeune bagué le 27/07/20217 en Conflent et contrôlé le 05/05/2021 à Lleida en Catalogne.



Opération de baguage en 2017 (©G.Laurents et N.Aleman)


Remerciements

Merci à tous les bénévoles qui suivent chaque année le déroulement de la reproduction notamment à André Fonteneau et Jean-Claude Liehn. Sans leurs notes prises sur le terrain, il m’aurait été impossible de rédiger cet article. Merci également à Lionel Courmont et aux spéléos/grimpeurs qui assurent les opérations de baguage. Merci enfin à Erick Kobierzycki pour les informations qu’il nous a transmis sur les contrôles des oiseaux bagués dans les Pyrénées-Orientales.

Pour en savoir plus :

Groupe Ornithologique du Roussillon (2007). Reproduction réussie du Percnoptère d’Egypte Neophron percnopterus dans les Pyrénées-Orientales en 2006. La Mélano 12 : 31-33.

Kobierzycki E. (2016). Plan National d’actions Vautour percnoptère Synthèse et Bilan 2016 du suivi de la reproduction du Vautour percnoptère dans les Pyrénées.


45 vues1 commentaire